US Beaurepaire handball

Association reconnue d'intérêt général

Publicité

< | >

Un beaurepairois à Paris

Publié le 22 octobre 2021

Olivier Marais, secrétaire du club, a participé à un séminaire national proposé par la FFHB pour faire entendre notre voix

Un beaurepairois à Paris

 

Répondant à l'invitation de la FFHB, et plus précisément de son Pôle performance sociale, Olivier s'est rendu à la Maison du Handball à Créteil pour participer à un séminaire "Services aux clubs".

Cette invitation intervient après plusieurs contacts et enquêtes menés par un groupe de travail de 20 personnes au sein de la fédération. Leur objectif: se rapprocher des réalités de la diversité du quotidien de tous les clubs français, y compris les clubs amateurs en zone rurale.

L'US Beaurepaire, en compagnie notamment d'un autre club de la Ligue AURA (Loriol) et d'une représentante du comité Drôme-Ardêche, intègre donc ce groupe de travail. Compte-rendu de ce premier weekend d'échanges

 

- Olivier, comment as-tu entendu parler de ce séminaire?

En temps que Secrétaire de l’USBH, j’ai répondu au printemps à un questionnaire émanant du pôle Services aux clubs de la FFHB qui visait à mieux appréhender la réalité des clubs. Le pôle incitait les clubs à poser leur candidature pour intégrer un groupe de travail, ce que j'ai fait.

Lors de l’étape de BeachHandball de Vals les Bains les 26 et 27 juin, le comité Drôme Ardèche organisait son Assemblée Générale. A cette occasion j'ai rencontré Marie-Albert DUFFAIT, élu fédéral. Il m’a dit être au courant de la candidature de l’US BEAUREPAIRE HANDBALL, et j’ai été agréablement surpris par le temps qu’il m’a consacré et l’importance visible qu’il portait à ce projet. Je lui ai confirmé notre intention d’accepter de participer quelle que soit la forme finale du projet. La volonté affichée d’« inverser la pyramide » de la FFHB, son discours volontaire et sa présence sur le terrain m’ont plu.

100 clubs ont répondu favorablement. Un peu plus d’une vingtaine représentatifs de la diversité du handball hexagonal ont été conservés dans le groupe de travail.

Lorsqu’en septembre nous avons reçu l’invitation pour participer au séminaire, je me suis porté volontaire pour représenter le club auprès des instances fédérales et des autres clubs retenus. Précisons que j’assure ce lien auprès des instances régionales et fédérales dans l’organigramme du club. Je pense avoir été d’autant mieux disposé sur le volet « Vie des Clubs » que j’en ai rapidement perçu l’importance depuis que je suis devenu dirigeant au club il y a 5 ans. En effet, nous sommes régulièrement en contact avec les élus et salariés de la ligue AURA et je les ai toujours perçus comme bienveillants et soucieux d’aider les clubs.

La FFHB a mis les petits plats dans les grands pour nous accueillir au sein du « cœur » du Handball français, la Maison du Handball. Le transport et l’hébergement étaient pris en charge pour une personne par club. Avant de nous mettre au travail, nous avons pu visiter les installations.

IMG_20211022_165545.jpg

- Tes impressions sur la Maison du Handball: impressionnant ?

 Oui, définitivement ! Franck et Simon qui connaissent les lieux m’avaient averti que c’était quelque chose d’assez exceptionnel. Effectivement. La Maison du Handball est un bâtiment moderne tourné intégralement vers le handball. Un musée du Handball exposé dans les couloirs du rez de chaussée, des photos, des vitrines, des trophées, et des installations sportives au top !

IMG_20211022_165535.jpg

J’avais entendu que le coût du bâtiment avait été important et suscitait des critiques. Pour le prix je ne sais pas, mais l’outil est vraiment exceptionnel. Exceptionnel pour les équipes de France qui bénéficient d’installations de pointe, intégrées. Exceptionnel pour les dirigeants et salariés du Handball français qui bénéficient de locaux adaptés…avec restauration et hébergement sur place. Tout est fait pour que le travail en soit facilité.

En ce qui concerne ce séminaire, il est peu de dire que dans un cadre comme celui de la Maison du Handball, la FFHB nous a mis dans les meilleures conditions de travail possibles !

IMG_20211022_165529.jpg

- Comment s'est déroulé le séminaire ? Qui étaient les participants avec qui tu as échangé ?

 Arrivé à 11h le samedi 16 octobre, je ne suis ressorti de la maison du Handball que dimanche à 12h45 pour rentrer à Beaurepaire. 24 heures de discussions intensives en ateliers, rythmées par les temps de restitutions dans la salle du conseil de la Maison du Handball.

Le samedi, 2 temps :

Un atelier en petits groupes, autour de la problématique du Service au Clubs, les attentes et les besoins des clubs. Puis 4 ateliers successifs autour de la digitalisation, les licences de demain, le Club de demain et la communication (besoins et attentes)

En fin d’après-midi, les élus de la FFHB autour du Président  Philippe BANA et de Béatrice BARBUSSE Vice-Présidente déléguée, sont intervenus. Ils ont apporté des éléments d’analyse sur la situation du handball français, notamment en termes de licenciés. On peut citer une rotation très importante des effectifs chaque année à hauteur d’1/3. Des effectifs qui se maintiennent mais un gros travail à faire sur les 12/18 ans. La lourdeur administrative est aussi dénoncée. L’image positive de l’organisation du handball français « à l’internationale » est rappelée.

Le dimanche, rotations sur des ateliers également : Citoyenneté, Féminisation, QPV/ZRR (voir ci-dessous), puis sur Sport Santé, Education, Intégrité

Les ateliers se sont tous déroulés en petits groupes de 4 à 6 clubs présents accompagnés d’élus et de salariés qui assuraient la gestion du temps, l’animation de l’atelier, la prise de note puis la restitution. Tout était fait pour permettre une prise de parole optimisée.

- Quel message as-tu porté au nom du club , as-tu eu l'impression d'être entendu ?

 Je me suis inscrit depuis la réponse au questionnaire en ligne dans une approche territoriale. C’est dans cette perspective que j’ai intégré l’atelier QPV (Quartiers Prioritaires de la politique de la Ville) /ZRR (Zone de Revitalisation Rurale)

Beaurepaire n’est officiellement ni l’un ni l’autre, mais intègre sur son territoire propre ou alentour des communes placées en ZRR.

Les organisateurs avaient réuni ces 2 « politiques » territoriales dans un même groupe de réflexions. Les caractéristiques socio économiques ainsi que géographiques de notre territoire sont des éléments prégnants sur le développement de notre pratique sportive.

J’ai beaucoup échangé avec les représentants des clubs en QPV de LOMME LILLE, de PARIS XVIII° ainsi que les représentants des clubs en ZRR de L'AS Void-Vacon et de l’ES Chaussin. Avec Ingrid CAPPI de Vals Les Bains et Julie MALSERT de Loriol, nous étions 3 représentants de la ligue AURA.

Les échanges ont été très riches. Avec un premier constat: le développement du handball dans les clubs en milieu urbain et en milieu rural a de nombreux points communs en ce qui concerne la gestion administrative trop lourde, les difficultés de transport, l’encadrement des joueurs et  l’accès aux formations pour les entraîneurs et les dirigeants. Nous avons aussi évoqué les coûts excessifs des « amendes », des « mutations »…

Nous avons en ce qui concerne les ZRR fait remonter à la FFHB quelques demandes spécifiques :

  • Une « aide aux déplacements », capitale pour notre développement (dotations en minibus des clubs « ruraux » par ex…)

  • La complexité pour les clubs de programmer les conclusions de matchs avec des phases de poules, de brassage…avec des conclusions posées deux mois avant en National et 1 mois avant en régional et départemental…Des délais qui ne correspondent pas à la gestion partagée des installations sportives.

  • Un accompagnement fédéral des clubs ruraux dans leurs démarches auprès des élus locaux et régionaux. Pour les éclairer sur la réalité de notre pratique, de nos contraintes, de notre dynamique propre…. Pour une nouvelle politique sportive qui intègre les évolutions, les accompagne voire les provoque….

  • Nous avons également proposé de réfléchir à un nouveau format du LABEL de formation des clubs qui intègrerait les données classiques, d’effectifs, d’encadrants, d’évènements etc…mais auquel se rajouterait une prise en compte de la dynamique propre à chaque club…Une tâche compliquée mais qui permettrait d’être plus équitable avec les petits clubs dynamiques mais relevant de territoires plus ou moins « isolés ».

 

- Que peut-on espérer de concret suite à ces échanges ? Y a-t-il d'autres rendez vous de pris ?

 

Les propos du Président de la FFHB étaient forts, soucieux de simplifier la vie des clubs et la vie des licenciés.

Marie-Albert DUFFAIT le maître de cérémonie a insisté sur l’importance de ne pas faire un « one shot » avec ce séminaire en s’engageant à se revoir sous une forme ou sous une autre pour continuer le travail.

En centrant le séminaire sur la vie des clubs, le champs de travail était vaste, les remontées des clubs sont multiples et variées…et souvent partagées par tous.

Il est certain qu’en ce qui concerne les ZRR, comme j’ai pu l’indiquer à Marie-Albert DUFFAIT, il sera nécessaire d’approfondir le sujet postérieurement en y consacrant plus de temps.

Toutefois à mon sens l’exercice est réussi, tant il démontre une intention positive de mise en réseau de la FFHB, par se rapprochement des clubs et des territoires…Et pour les clubs qui ont pu participer, l’inverse est tout aussi vrai : la personnalisation des instances les rend moins arbitraires…

La liberté de paroles était de mise, nous l’avons utilisée.

Pourtant c’est une intervention d’une élue qui m’a le plus marqué je crois. Sylvie LE VIGOUROUX, Présidente de la ligue de Bretagne, a pris la parole et a présenté sa vision d’une gestion fédérale, régionale, départementale basée sur la valorisation du travail des acteurs et non plus sur la sanction financière ou sportive qui aujourd’hui caractérise par trop le handball français.

VOUS VOULEZ EN SAVOIR PLUS ? 

CLIQUEZ ICI POUR LA SYNTHESE OFFICIELLE COMPLETE

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.
Envie de participer ?